La Roulotte Cocotte tout en poésie

Une roulotte près d’un mur qui t’amène en lieu sûr
Passe par ici et passe par là
Monte dans la roulotte et puis voilà

Cet espace lieu mobile
Ouvert aux quatre vents, quatre saisons
Fais gratter les guitares agiles 
Rions, jouons et puis dansons 

Le pèlerin y trouve sa marche
Le magicien sa danse 
Tantôt se trouve sous la bâche 
Quelques chamanes en transe 

Le feu y crépite
Un couple y habite
Un nouveau mode de vie
Pour éviter l’ennui

Aucun jour n’est pareil
En cette roulotte aux merveilles
Passe par ci et passe par là
Monte dans la roulotte et puis voilà

Lionel Emmenecker

Ce poème a été par mon ami Lionel, rencontré lors d’un séminaire de développement personnel. Poète, magnétiseur, chroniqueur radio, Lionel se sent continuellement inspiré. C’est pour cette raison que notre rencontre a été très forte et soudaine. En lui expliquant mon projet Roulotte Cocotte, il s’est senti avoir envie d’écrire instinctivement.

Plusieurs analyses de ce poème sont possibles et d’ailleurs, une en particulier me fait personnellement rire. La première, dans une lecture au 1er degré, il s’agit de la roulotte et de son univers gitan, voyageur, troubadour, changeant. La roulotte accompagne la vie de ses bohèmes, les protège du froid, du vent. Elle est un refuge pour qui a besoin de se réchauffer et de se rassurer.

La seconde lecture est plus coquine, me fait penser à des scènes intimes où les couples sont protégés sous la bâche, pour rentrer en transe, passe par ici, passe par là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − neuf =